La coutume des beignets remonte aux fêtes romaines des calendes de Mars qui célébraient le réveil de la nature et la fin de l'hiver. À cette occasion, les interdits étaient transgressés et les déguisements autorisés.

La première recette d'une pâte à beignet (l' « aliter dulcia ») est donnée par Apicius dans son ouvrage De re coquinaria.

Merveilles du Carnaval

Pour les chrétiens, ce jour permet de préparer Pâques et se purifier, en pratiquant ensuite le carême, période de jeûne et d'austérité qui dure 40 jours en souvenir de la retraite de Jésus dans le désert.

Mardi Gras est appelé "gras" en référence aux aliments considérés comme riches : beurre, oeufs, viande... Les excès sont donc permis, aussi bien dans la consommation de nourriture que dans l'apparence vestimentaire.

 

carnaval (1)

Au Moyen-Age, les déguisements de Mardi Gras permettaient non seulement de s'amuser, mais aussi de transgresser les interdits de l'ordre social. C'est ainsi que les pauvres pouvaient s'habiller en riches, les hommes s'habiller en femmes, et vice versa. On retrouve ces traditions dans certains carnavals encore à l'heure actuelle.

Comme la fête rassemblait un grand nombre de personnes, il fallait confectionner des pâtisseries vite préparées et bon marché. Il s'agissait aussi d'épuiser les réserves de beurre, huile, œufs avant les quarante jours de jeûne qui allaient suivre. D'où la tradition des beignets et également des gaufres et des crêpes.

Le mot « carnaval » dérive du latin médiéval carne levare, signifiant « enlever, retirer la chair », c'est-à-dire concrètement supprimer sur la table durant toute la période du carême la viande ou, autrement dit le « gras ».

 

Laura BARCOUZAREAU, Diététicienne de la Mairie de Saint-Médard-en-Jalles