Retrouvez votre ville sur les réseaux sociaux :

  • facebook
  • youtube
  • picasa

Accédez aux publications municipales :

accedez aux publications

Consultez l'agenda de la ville :

accédez à l'agenda

À vos fourchettes !

Chaque mois vous pouvez lire un article avec des thèmes variés, accompagné d'une recette avec des produits de saison.
N'hésitez pas à nous faire parvenir des idées de thèmes ou questions au sujet de la nutrition.

N'oubliez pas de varier et d'équilibrer votre alimentation au fil des saisons et rappelons que manger doit rester un moment de plaisir, partage et détente !

  • Gratin de pommes de terre au bacon et comté

    Pour 4 personnes :

    • 600 g pommes de terre ;
    • 10 tranches fines de bacon ou 2 barquettes d'allumettes de bacon ;
    • 1 gros oignon ;
    • Comté râpé ;
    • crème fraîche semi-liquide à 15%MG ;
    • 1 peu d'huile d'olive ;
    • sel, poivre.

    • Éplucher les pommes de terre, et les couper en rondelles d' ½ cm environ.
      Les faire cuire à la vapeur (ou dans de l'eau bouillante salée).
      Pendant ce temps, émincer l'oignon et le faire revenir dans une poêle avec un filet d'huile d'olive jusqu'à ce qu'il soit fondant.
      Puis rajouter le bacon déjà en en allumettes ou émincer celui en tranches, et faire revenir ce mélange 1 à 2 minutes sur feu moyen. Dans un plat à gratin, verser les pommes de terre cuites (égouttées si cuites à l'eau), et rajouter le mélange oignon/bacon.
      Verser de la crème semi-liquide sur la préparation, saler/poivrer et parsemer de comté râpé. Faire dorer le tout au four (préchauffé à 180°C/200°C) pendant environ 10 à 15 min.

      Suggestion : vous pouvez accompagner votre gratin d'une salade « Méli-mélo de Mâche (produit de saison) et d'endives », et d'un fruit de saison en dessert (ex : 2 clémentines).
      Le saviez-vous?
      Le bacon est considéré comme un morceau de viande maigre, bien plus diététique que les lardons ! N'hésitez pas à utiliser le bacon dans vos recettes telles que quiche, cake, flan ou crêpe salé...
  • Attention aux idées-reçues sur l'alimentation !

    • Les légumes surgelés apportent moins de vitamines que les légumes frais
      ==> FAUX :
      ils en contiennent autant car la congélation permet de conserver les vitamines. En revanche, il faut faire attention au mode de cuisson : privilégier la cuisson à la vapeur ou à la cocotte-minute, plutôt que bouillis (car dans l'eau les vitamines peuvent disparaître).
    • Les épinards apportent beaucoup de fer  ==> FAUX. Longtemps à cause de Popeye on a cru que c'était vrai mais en réalité ils sont pauvres en fer.
    • Les œufs donnent du cholestérol ==> VRAI ET FAUX. Ils peuvent favoriser l'hypercholestérolémie si en consomme trop ! Les recommandations actuelles sont de 4 œufs/semaine/adulte (soit 2 X 2 œufs/semaine) ; 2 œufs/semaine si on a trop de cholestérol. Privilégiez les œufs de poules élevées en plein air !
    • L'huile d'olive est moins calorique que les autres huiles  ==> FAUX. Elles sont toutes aussi caloriques, mais ont des compositions différentes ; on recommande notamment en prévention cardiovasculaire l'huile d'olive pour sa richesse en omegas 6, l'huile de colza et noix pour leurs omégas 3...Donc variez vos huiles !!
    • Les pâtes font grossir ==> FAUX. Elles appartiennent à la famille des féculents (riz, pain, semoule, blé, lentilles...), et sont riches en glucides complexes, qui apportent de l'énergie sur la durée. Attention tout de même aux quantités consommées (selon son activité physique) et à la manière de les assaisonner (évitez les sauces trop riches, quantités contrôlées de beurre, gruyère râpé...). Les cuire de préférence « al dente » !
    • La margarine est moins calorique que le beurre ==> FAUX. Ils contiennent autant de lipides l'un que l'autre (soit 82 g/100g) ; la margarine est d'origine végétale alors que le beurre est d'origine animale ; chacun apporte des éléments différents (ex : le beurre est riche en vitamine A ; il faut donc varier et contrôler les quantités consommées.
    • La crème fraîche est un produit laitier ==>FAUX.  Il s'agit d'une matière grasse d'origine animale, riche en acide gras saturés et ne contenant pas de calcium, donc à modérer !
  • Les agrumes : faites le plein d'énergie !

    L'hiver étant là, la fatigue se fait ressentir alors n'oubliez pas de mettre des agrumes dans vos menus !

    Fruits originaires d' Asie du Sud-Est, on en cultive désormais dans de nombreux pays (ex : Espagne, Maroc, Italie, Mexique, Afrique du sud...). Ils représentent la famille des fruits les plus cultivés au monde !

    Le mot « agrume » vient du latin « acrumen » (ou italien « agrumi ») signifiant « substance de saveur aigre », ou encore de l'ancien français « aigruns » soit « fruits aigres ».

    Orange, mandarine ou clémentine, pamplemousse ou pomelo, citron, kumquat, bergamote, les agrumes regorgent de bienfaits, notamment leur richesse en vitamine C, encore appelée Acide ascorbique. Cette vitamine jouerait un rôle contre la fatigue et dans la prévention de certains cancers, de maladies cardiovasculaires et inflammatoires.
    Voici la teneur moyenne en vitamine C de quelques agrumes (pour 100g de fruit) : Orange : 53 mg / Citron : 52 mg / Clémentine : 41 mg / Pamplemousse : 37 mg Ils contiennent aussi de la vitamine B, provitamine A, des fibres et sont riches en eau et jus !

    Le saviez-vous?
    • Un pomelo se consomme de préférence cru et en début de repas car ses agents acides et amers facilitent la digestion !
    • On trouve aussi beaucoup de vitamine C dans des légumes (ex : choufleur) et d'autres fruits (ex : le kiwi est très riche en vitamine C, environ 80 mg/100 g).
  • La bûche de Noël

    Véritable dessert traditionnel du repas de Noël en France, en Belgique et au Québec notamment, connaissez-vous l' histoire de cette coutume datant du Moyen-Age ? Cette tradition culinaire reproduit un autre rite lié à la célébration du solstice d'hiver

    La coutume, remontant du XIIème siècle, voulait que la veille de Noël, on aille chercher une énorme bûche de bois franc (appelée bûche de Noël) et qu'on la rapporte à la maison pour la faire brûler le plus lentement possible, au moins pendant 3 jours, voir jusqu'au nouvel an !

    Lors de l'allumage, la bûche est bénie avec une branche de buis ou laurier par le maître de maison. Dans certaines régions, elle était arrosée d'huile, ou de sel (pour protéger des sorcières) ou de vin cuit (pour assurer une bonne vendange) et on récitait des prières. Dans certaines familles, c'était les jeunes filles de la maison (ou la mère) qui allumaient la bûche avec les tisons de celle de l'année précédente.

    Les cendres de cette bûche avaient, dit-on, la propriété de protéger la maison de la foudre et des pouvoirs maléfiques du diable.

    La bûche de Noël a eu différents noms selon les régions et les patois, mais le plus courant était « tréfeu  ou tréfouet » (du latin « tres foci » = trois feux) car la bûche devait brûler pendant 3 jours. Le nom ancien du gâteau semble plutôt dérivé du mot cognée (coquille) que du mot bûche.

    La disparition des grands âtres (cheminées), remplacés progressivement par des poêles en fonte, met fin à la coutume des bûches qui y étaient brûlées, mais la date de naissance du dessert qui les a remplacées reste inconnue.

    La bûche de Noël, à la base, était un biscuit génoise, sur lequel était étalée de la crème au beurre (parfumée au café, au chocolat, au rhum...) qu'on roulait pour lui donner la forme d'une bûche, puis qu'on recouvrait d'une fine couche de crème au beurre avec une poche à douille. On trouve aujourd'hui différentes sortes de bûches, glacées ou non, généralement décorées.

  • C'est la saison des soupes !

    Été comme hiver, printemps comme automne, la soupe est de toutes les saisons et se décline au gré des légumes et des fruits de saison !

    • Plat liquide voire onctueux, qui se consomme généralement en début de repas, la soupe est un aliment santé qui permet d'augmenter sa consommation de légumes, de s'hydrater, de se réchauffer...
    • Chaude ou froide, salée ou sucrée, moulinée, mixée ou avec des morceaux, la soupe se prête à l'imagination culinaire !
    • Le mot SOUPE vient du latin tardif « suppa » (= tranche de pain sur laquelle on verse le bouillon »), sens que le mot avait jusqu’au XVIe siècle !
      Vers le XIVe siècle, le sens dérive vers « POTAGE avec des tranches de pain ou des morceaux solides », puis « tout type de potage ».
      Le terme POTAGE vient du mot « pot » (= légumes portés à ébullition, cuits dans un pot).
    • Dans la famille des soupes, on retrouve plein de recettes : le bouillon, le velouté, le mouliné, le minestrone, le gaspacho, la bisque, la garbure, le consommé...
    Astuces :
    • Préparez une grande quantité de soupe le weekend, et conservez-en en petites portions au congélateur, pour en avoir toujours sous la main !
    • Si vous n'avez pas le temps de préparer des légumes frais, vous pouvez utiliser des légumes surgelés déjà pelés et découpés, prêts à cuire !
    • Pensez aussi à cuire vos légumes à l'aide d'un autocuiseur pour préserver les vitamines et minéraux et gagner du temps !
  • La semaine du goût (12 - 18 octobre)

    Comme tous les ans depuis 1990, au mois d'octobre, nous célébrons la Semaine du goût !
    Cette année, elle aura lieu du 12 au 18 Octobre 2015 !

    Pour rappel, cet événement a pour but de faire (re)découvrir des saveurs, d'informer sur les aliments et d' éduquer le goût des consommateurs.
    A cette occasion, la cuisine centrale de Saint-À Médard-en-Jalles a choisi cette année le thème : « Voyage culinaire chez nos voisins européens » ! Ainsi, tout au long de la semaine, différents repas européens seront servis dans les écoles, à la Résidence pour Personnes Âgées, au restaurant municipal ainsi que chez les personnes bénéficiant du portage à domicile.

  • Bouger plus !

    C'est la rentrée et c'est le moment de penser à « bouger plus », en choisissant une activité physique ou encore en intégrant des activités au quotidien (ex : préférer les escaliers à l'ascenseur, se garer plus loin...).

    Rappel des recommandations actuelles du PNNS :

    • Pour les enfants : « au moins l’équivalent d’1 heure de marche rapide par jour »
    • Pour les adultes : « au moins l’équivalent de 30 minutes de marche rapide par jour »

    Mais pratiquer une activité physique, ce n’est pas seulement marcher, cela peut aussi être jardiner, danser, bricoler, jouer avec les enfants et bien sûr faire du sport.

    Pourquoi bouger ?
    • pour être en bonne santé et en forme : diminue le risque de développer certaines maladies (cardiovasculaires, hypertension artérielle, diabète type 2, ostéoporose...) et limite la prise de poids
    • pour diminuer le stress et l'anxiété
    • pour entretenir son corps
    • pour mieux dormir

    L'activité aura une durée plus ou moins longue en fonction de son intensité. (extrait PNNS www.mangerbouger.fr) :

  • Ne manquez pas la Fête du vélo le 30 mai 2015 !

    Le samedi 30 Mai 2015 aura lieu la fête du Vélo à Saint-Médard-en-Jalles. Ainsi, plusieurs promenades sportives à vélo auront lieu durant l'après-midi, au départ de la Gare cycliste, avec aussi différents stands et animations.

    Par exemple, suite à un projet du service des Sports de la ville de Saint-Médard-en-Jalles, environ 80 enfants des écoles de Corbiac, Gajac et Cérillan ainsi que quelques parents participeront à une randonnée en vélo de 25 km, avec aussi un rappel des règles de sécurité routière.

    A l'issue de cette course, un goûter équilibré sera offert par la ville ; en effet, un stand sera tenu toute l'après-midi par la cuisine centrale et la diététicienne de Saint-Médard-en-Jalles, avec affiches, rappel de la composition d'un goûter équilibré, idées de goûters...

    Le goûter, parlons-en
    • Le goûter de l'après-midi correspond à un repas très important, obligatoire chez les enfants, facultatif pour les adultes, qui permet de patienter jusqu'au dîner sans grignoter !
    • Comment composer un goûter équilibré ? ==> Il doit être composé d'une boisson, et d'au moins 2 familles d'aliments, voire 3, à savoir :
      • 1 produit laitier (ex : lait, fromage, yaourt...)
      • 1 fruit (ex : jus de fruits pur jus, compote sans sucre ajouté, fruit cru...)
      • 1 produit céréalier (ex : pain, biscuits secs, pétales de blé...)

    et limiter les produits gras et/ou sucrés de manière occasionnelle (ex : bonbons, biscuits fourrés, viennoiseries, brioche...).

  • Le goût chez les enfants

    Exclure certains aliments de son alimentation peut engendrer un déséquilibre alimentaire. Il faut alors trouver des astuces ou remplacer par des aliments équivalents du même groupe.

    Quelques astuces pour lui donner envie de goûter à tout :

    • Ne vous arrêtez pas au premier rejet. Il faut proposer au moins 7 fois un nouvel aliment pour savoir si un enfant l'apprécie ou non. L’idée, c’est de lui demander de goûter, sachant que le goût évolue avec l'âge !
    • Ne le forcez pas à finir son assiette, mais l'inciter à goûter en fermant les yeux pour se concentrer sur le goût et lui demander s'il a assez mangé ;
    • un aliment ne doit pas être une récompense. De même, évitez tout « marchandage » autour de la nourriture, ne promettez pas un bonbon s’il termine son brocoli ;
    • n’oubliez pas que les enfants ont une période où ils refusent beaucoup d’aliments : cela s’appelle la néophobie alimentaire. Elle apparaît généralement vers l'âge de 2 à 3ans, période durant laquelle l’enfant entre dans sa phase du « non ». L’alimentation est l’un des domaines où l’enfant va chercher à avoir du contrôle. Cette néophobie atteint un maximum vers 3 ou 4 ans, puis baisse graduellement à partir de 8 ans. ==> Surtout ne pas se décourager et continuer de proposer une alimentation variée et équilibrée !
    • Une texture nouvelle, une couleur peu habituelle, un goût marqué ou surprenant réveillent la méfiance devant la nouveauté. Il faut l'inciter à goûter ;
    • essayez les épices et les fines herbes sur les légumes. Les enfants aiment ajouter eux-mêmes une touche d’assaisonnement. Attention cependant aux assaisonnements qui ajoutent trop de calories : crème, sauce, etc.
    • faire les bonnes associations : un aliment peut être mieux accepté s’il est associé à un autre, comme par exemple les  légumes avec les féculents ;
    • cuisinez avec votre enfant. Ainsi l'enfant prend davantage de plaisir à consommer ce qu'il a cuisiné et apprend ainsi à connaître les produits bruts ;
    • apprenez-lui les mots pour décrire ce qu’il goûte (ex : ça pique, c’est fort, ça brûle, c’est amer, c'est mou...) ;
    • prenez vos repas en famille le plus souvent possible. L’enfant qui mange seul a l’impression d’être exclu. Le repas doit être synonyme de plaisir et de convivialité. Les enfants vont davantage goûter les plats si les parents consomment la même chose et montrent l'exemple
    • soignez la présentation des repas. Les enfants, comme nous, mangent d’abord par les yeux. Variez les couleurs et évitez de tout mélanger dans l’assiette. On peut aussi utiliser des récipients de couleurs vives...
    Exemple de recette pour manger des carottes de manière différente : Cake aux carottes/gouda/cumin

    Temps de préparation : 15 minutes  // Temps de cuisson : 30 à 45 minutes Ingrédients (pour 4 personnes) :

    • 200 g de carottes (environ 3 carottes)
    • 100 g de gouda
    • 1 barquette de dés ou allumettes de bacon ou jambon blanc
    • 200 g de farine
    • 4 œufs
    • 10 cl de lait
    • 10 cl d'huile d'olive
    • 3 cuillères à soupe de crème fraîche
    • 1 sachet de levure chimique
    • 1 cuillère à soupe de cumin moulu
    • sel
    1. Préchauffez le four à 180°C (thermostat 6) ;
    2. épluchez puis râpez les carottes. Coupez le gouda en dés de 1 à 2 cm. Réservez dans un grand saladier avec les dés de bacon ou jambon blanc ;
    3. ensuite, mélangez tous les autres ingrédients dans un robot. (NB : Si vous n'avez pas de robot, procédez dans l'ordre suivant : farine, levure, œufs, huile, lait, crème fraîche, sel, cumin) ;
    4. versez la pâte ainsi obtenue dans le saladier avec les carottes râpées et le gouda et mélangez bien le tout ;
    5. versez la préparation dans un moule à cake et enfournez pendant environ 30 min (voire 45 min : la pointe d'un couteau doit ressortir sèche) ;
    6. à consommer tiède ou froid avec une salade verte ou une salade composée de crudités.
  • Ne manquez pas les légumes de printemps !

    Le mois de mars annonce l'arrivée du printemps avec le retour des beaux jours, mais aussi de nombreux légumes printaniers !

    Il faudra néanmoins attendre fin mars/avril pour trouver les légumes primeurs (ex : oignons nouveaux, radis, asperges...) dans les jardins comme sur les étals des marchés.

    • Ce sont les premiers légumes de la saison !
    • Ils ont été cueillis très jeunes. Ils présentent alors des caractéristiques gustatives incomparables : ils sont considérés comme plus tendres et plus fondants !
    • Ils permettent aussi de refaire un plein de vitamines et de minéraux bien mérité après ces longs mois d’hiver.

    Exemples de légumes primeurs : ail, artichauts, jeunes pousses de salades, carottes précoces, petits pois ou pois gourmands, oignons, radis, navets, concombres, asperges, courgettes, fèves…

    En cuisine, quelques précautions sont à prendre avec les légumes primeurs car ils sont moins résistants par rapport aux autres légumes. Il faut donc :

    • les laver rapidement à l'eau claire sans les laisser tremper
    • les gratter légèrement à l'aide d'un couteau (NB : leur peau étant fine, on peut ne pas les éplucher)
    • les cuire à la vapeur ou dans une casserole d'eau bouillante salée découverte (puis trempés dans de l'eau très fraîche pour stopper la cuisson) ou alors les faire revenir dans un wok légèrement huilé ; attention de ne pas les cuire trop longtemps afin qu'ils gardent un léger croquant !
    Maintenant à vos fourneaux
    En tartare, crus ou à la croque au sel ou accompagnés de fromage blanc à l'ail et aux fines herbes, en accompagnement de viande (ex : veau, canard), en tarte salée ou façon « tempura » (= pâte à beignet japonaise) ou encore glacés avec un peu de beurre et de sucre, variez les plaisirs !
  • Les crêpes et la chandeleur

    La Chandeleur, encore appelée la fête des Chandelles, a lieu tous les ans à la date du 2 février. Les crêpes, avec leur forme ronde et leur couleur dorée, rappelleraient le soleil, symbole du retour de la lumière car on les confectionne à la Chandeleur, moment de l'année où les jours s'allongent de plus en plus vite. Elles représentent donc la fin de l'hiver.

    Aspect nutritionnel des crêpes :

    • Il s'agit d' une fine couche de pâte, fabriquée avec de la farine, du lait (ou autre liquide), des œufs, +/- des arômes (vanille, zests d'orange, de citron...) que l'on cuit dans une crêpière graissée avec un peu d'huile.
    • On peut les déguster en version salée (ex : pâte pouvant alors être aussi réalisée avec de la farine de sarrasin = blé noir) ou sucrée, à garnir avec l'ingrédient de votre choix.
    • Elles peuvent participer à un repas équilibré :
      version salée : apport de sucres lents (pâte), garniture apportant des protéines (jambon ou bacon ou thon ou œuf...), produit laitier (gruyère râpé, chèvre...), légumes (ex : tomates, champignons...). On peut aussi accompagner sa crêpe salée d'une salade verte ou autres crudités.
      Version sucrée : préférez les au sucre ou avec de la compote ou des fruits, ou encore avec un peu de confiture ou de chocolat !
    Le saviez-vous ?

    Dans le passé, on confectionnait les crêpes avec la farine excédentaire et elles représentaient le symbole de prospérité pour l'année à venir. On faisait ainsi parfois sauter les crêpes de la main droite en tenant une pièce d'or (ex : un Louis d' Or) ou à défaut une monnaie, et ce dans la main gauche afin de connaître la prospérité pendant toute l’année ; pour que cela fonctionne, il faut bien sûr que la crêpe atterrisse correctement dans la poêle.

  • La galette des rois

    Le 6 Janvier, il s'agit du « Jour des Rois » : on « tire les rois », c'est-à-dire qu'une figurine est cachée dans une pâtisserie et la personne qui l'obtient devient « roi pour toute la journée ».

    Le saviez-vous ?
    • cette tradition existait déjà chez les Romains, période où l'on dissimulait une fève (= graine enfermée dans une gousse) dans un gâteau ; le plus jeune enfant de la famille devait alors se glisser sous la table et désignait la part qui revenait à chaque convive.
    • Ce n'est qu'à partir de 1875 que les figurines en porcelaine viennent remplacer les fèves !

    Il existe différentes sortes de Galettes des Rois : à pâte feuilletée garnie de frangipane ou compote ou confiture (typique du Nord de la France), ou encore à pâte briochée avec perles de sucre ou fruits confits (plutôt typiques du Sud-Est de la France).

  • Aliment incontournable des fêtes de fin d'année : le chocolat !

    Le chocolat est un aliment gras et sucré, fabriqué à partir de fèves de cacao, issues de l'arbre appelé cacaoyer (poussant surtout dans les régions chaudes, comme par exemple en Amérique du Sud, Équateur...).

    On trouve les fèves de cacao à l'intérieur des cabosses (= fruits du cacaoyer qui contiennent entre 20 et 40 fèves, chacune) poussant sur le tronc et les branches principales du cacaoyer.

    Les grandes étapes de fabrication du chocolat :
    • fermentation et séchage ;
    • récolte et écabossage ;
    • mélange des fêves ;
    • torréfaction ;
    • concassage et broyage ;
    • mélange des ingrédients ;
    • affinage ;
    • conchage ;
    • tempérage et moulage.

    En moyenne un français mange 7 kg de chocolat par an !
    Les Suisses sont les plus grands consommateurs avec 12 kg de chocolat par an et par personne !

    Le chocolat est très riche en magnésium ; il contient aussi du fer, cuivre, potassium, phosphore et de la vitamine E antioxydante. On dit aussi qu'il peut avoir un effet stimulant et antidépresseur.
    Il s'agit d' un aliment très énergétique (10g chocolat = 50 calories) ; toutefois, le chocolat noir est le moins calorique car il contient plus de beurre de cacao (graisse plus difficilement assimilée par notre corps) et moins de sucres que le chocolat au lait et le chocolat blanc.
    CONCLUSION : on peut donc consommer du chocolat mais en quantité raisonnable...
  • C'est le moment de manger des châtaignes !

    Les châtaignes (ou encore « marrons » ) correspondent aux fruits de l'arbre appelé Châtaignier et sont originaires d' Asie mineure.
    Elles furent longtemps considérée comme la base de l'alimentation humaine dans de nombreuses régions. On avait d'ailleurs pour habitude d'appeler le châtaignier « l'arbre à pain » ou encore « l'arbre à saucisses » (car on nourrissait les porcs avec des châtaignes.)

    Elle sont formées d'une chaire farineuse au centre, entourée d'une écorce lisse de couleur brun rougeâtre. Il s'agit d'un aliment riche en glucides, à classer dans la famille des féculents, mais aussi intéressant pour son taux important de fibres, son effet très rassasiant et son faible taux de cholestérol.

    Mode de dégustation
    • à déguster grillées sous la cendre ou au four ou dans des poêles trouées, ou encore bouillies !
    • elles peuvent être également confites au sucre et cristallisées (= « marron glacés », spécialités généralement vendues en fin d'année) ou encore cuites en purée ou confiture ;
    • on peut aussi fabriquer de la farine de châtaigne.

    En Europe, les châtaignes sont généralement consommées pour les repas de Noël ou du Nouvel an, notamment en accompagnement de plats de viande (ex : dinde, veau, porc, gibier).

  • La semaine du goût

    La Semaine du goût a lieu tous les ans en octobre depuis 1990. Cette année, elle aura lieu du 13 au 19 octobre 2014. À.  cette occasion, la cuisine centrale de Saint-Médard-en-Jalles a choisi cette année le thème des fromages. Vous retrouverez ainsi différents fromages dans les menus ainsi que quelques animations dans des écoles.

    Le saviez-vous ?

    Elle a été créée par le journaliste gastronomique Jean-Luc Petitrenaud dans le but de participer à l'éducation du goût des consommateurs, à la (re)découverte de saveurs, et d'informer sur des produits (origine, mode de production, spécificités...).

    En plus de cet événement, au menu du mercredi 15 octobre, vous aurez le privilège de goûter un plat de sauté de canard, viande issue de la filière « Bleu -blanc-coeur ».

    Qu'est-ce que « Bleu-blanc-coeur » ?

    • Il s'agit d'une association créée en 2 000 afin de promouvoir une agriculture responsable à vocation Santé. Leurs produits sont de meilleure qualité au niveau des lipides (ex : plus d' omégas 3, moins d'acides gras saturés...) ;
    • Cette association compte aujourd’hui 350 adhérents en France et 5 000 producteurs ! Vous pouvez retrouver dans les magasins plus de 500 produits estampillés avec le logo Bleu-Blanc-Cœur ;
    • « Pour bien nourrir les Hommes, il faut commencer par prendre soin de nos cultures et de la santé de nos animaux » ;
    • Pour plus d'informations : www.bleu-blanc-coeur.com
  • C'est la rentrée : partez du bon pied !

    Pour une rentrée réussie, après le relâchement des vacances, reprenez une bonne hygiène de vie. Voici quelques conseils pratiques :

    • veiller à reprendre un bon rythme de sommeil, se coucher plus tôt... ;
    • manger de manière variée et équilibrée, sans sauter de repas : il est conseillé de faire 3 voire 4 repas par jour (un goûter dans l'après-midi si besoin, collation obligatoire pour les enfants, facultative pour les adultes);
    • manger si possible à heures régulières, dans le calme, en prenant soin de bien mastiquer et de manger lentement ➔ Rappel : temps de repas idéal = 30 minutes/repas // 20 minutes pour le petit déjeuner);
    • pratiquer une activité physique variée de manière régulière, et n'oubliez pas de l'intégrer également dès que possible dans votre quotidien (ex : marcher, se garer plus loin, promener le chien, jardiner, choisir les escaliers à la place de l'ascenseur, ou encore vélo, danse, natation, tennis...).
  • Les fruits et légumes : parlons-en !

    Pourquoi en consommer ?
    Ils nous aident à être en bonne santé, et à prévenir certaines maladies (ex : diabète, cancers, maladies cardiovasculaires) en nous apportant différents éléments essentiels à notre corps : des fibres, de l'eau, des vitamines, des minéraux, des antioxydants...

    Comment ?
    Varier les formes ! Crus ou cuits, frais, surgelés ou en conserve, natures ou mélangés...

    Combien par jour ?

    • Fréquence recommandée = minimum 5 portions par jour (ex : 2 portions de légumes + 3 portions de fruit) ;
    • 1 portion de fruit ou légume = 80 à 100 grammes
      (environ la taille d'un poing ou encore 2 cuillères à soupes pleines )
      ex : 1 portion = 1 verre de jus de fruit pur jus= 2 kiwis = 1 petite pomme = 1 entrée de carottes râpées = 1 bol de salade de fruits = 1 bol de soupe = 1/3 d'assiette de légumes.
  • Les matières grasses

    Groupe très calorique, il est tout de même conseillé d'en consommer à chaque repas mais en quantité contrôlée, en faisant les bons choix et en variant vos matières grasses.
    On peut distinguer 2 origines :

    • animales (ex : beurre, crème fraîche...) ;
    • végétales (ex : huiles, margarines, noix...).

    Parmi elles, on retrouve des matières grasses visibles (ex : huile, beurre, crème fraîche...) et d'autres cachées (ex : noix, charcuterie, fromage, poisson gras...).

    Recommandations :

    • limiter celles d'origine animale ;
    • privilégier celles d'origine végétale qui peuvent participer à la prévention cardio-vasculaires en apportant par exemple des Omégas 3 et/ou Omégas 6 (ex : huile d'olive, de colza, de noix, de tournesol, de pépins de raisin, margarines) ; éviter les produits contentant de l'huile de palme ou encore de coprah.
    • en assaisonnement et/ou en cuisson, varier vos matières grasses, en contrôlant les quantités utilisées ; adapter vos modes de cuisson, en privilégiant ceux avec peu ou pas de matière grasse.
    Le saviez-vous ?
    • Pains, biscottes, cracottes, galettes de riz, pâtes...
    • légumes secs : lentilles, haricots blancs, flageolets, pois cassés ;
    • céréales : riz, semoule de blé, polenta (=semoule de maïs), quinoa, blé, boulghour, maïs...
    • pommes de terre.
  • Pains, féculents, céréales et légumes secs

    Fréquence conseillée : à chaque repas.

    Apport : ils ont un rôle important car ils sont source de Glucides complexes (= « sucres généralement lents »), sources d'énergie importante qui sera diffusée lentement sur la durée, contrairement aux sucres rapides (ou encore sucres simples) très vite assimilés par l'organisme. Ils permettent donc de tenir jusqu'au prochain repas sans grignoter..

    Le saviez-vous ? : Ils ne font pas grossir ; en revanche, il faut veiller à adapter votre quantité en fonction de vos besoins (ex : âge, niveau d'activité physique) et faire attention à la manière de les préparer ou assaisonner.

    Astuces  : idéalement pensez à les associer avec des légumes (ex : riz/ratatouille, semoule/poivrons...), et variez les formes (ex : « complet », « semi-complet », « aux céréales »...).

    Quelques exemples
    • Pains, biscottes, cracottes, galettes de riz, pâtes...
    • lLégumes secs : lentilles, haricots blancs, flageolets, pois cassés ;
    • céréales : riz, semoule de blé, polenta (=semoule de maïs), quinoa, blé, boulghour, maïs...
    • pommes de terre.
  • Les produits laitiers

    Fréquence conseillée  : à chaque repas, soit 3 (voire 4) portions/jour.

    Sous forme variée : ait, yaourt, fromage blanc, petits Suisse, faisselle, fromages.

    Rôles : Ils sont la principale source de calcium, élément nécessaire à la croissance et à la solidité des os, à la conservation de son capital osseux, à la contraction musculaire...

    Le saviez-vous ?
    • Seuls 10 % de nos besoins journaliers en vitamine D proviennent de l'alimentation (ex : principalement dans les huiles de foie de poisson, et en plus faible quantité dans les poissons gras/viandes/oeufs, lait, fromages, beurre).
    • La vitamine D joue un rôle important dans l' absorption du calcium par les intestins et permet aussi de fixer le calcium sur les os et de le réabsorber au niveau des reins.

    Attention : en hiver, la plupart d'entre nous manquons de vitamine D car nous la synthétisons majoritairement grâce aux UV du soleil sur notre peau. N'hésitez pas à refaire le point avec votre médecin qui pourra si besoin vous supplémenter en cas de carence.

  • Le groupe viandes, poissons, crustacés, fruits de mer, oeufs

    Fréquence : 1 ou 2 fois par jour, avec minimum du poisson 2 fois par semaine. Attention, les quantités quotidiennes nécessaires varient selon l'âge de la personne.

    Rôles : ils apportent à notre corps des protéines animales de bonne qualité (pour aider à la formation et à l'entretien des os, des muscles, de la peau...) ainsi que certains minéraux (ex : fer de bonne qualité) et des vitamines (ex : vitamine B12 qui aide à former nos cellules sanguines appelées globules rouges).

    • Viandes : varier les types de viande (bœuf, veau, lapin, agneau, mouton, dinde, poulet, porc...), privilégier les morceaux maigres de chaque viande et plus occasionnellement les gras.
    • Poissons : idéalement 1 poisson maigre (ex : cabillaud, colin) et 1 poisson gras (ex : saumon, hareng, maquereau) par semaine car il s'agit de bonnes graisses (les oméga 3) qui nous aident à protéger notre système cardio-vasculaire. Éviter les préparations panées.
    • Oeufs : on recommande 4 œufs maximum/semaine pour un adulte (en absence de problème cholestérol).

    Équivalences pratiques : 100 g viande = 100 g poisson = 2 œufs = 2 tranches de jambon blanc.

  • Les groupes d'aliments

    Les aliments sont classés en 7 groupes en fonction de leur composition, leurs rôles... Une alimentation variée et équilibrée fait appel à chaque groupe, en favorisant certains aliments et en limitant d'autres.

    Le PNNS a établi un guide avec des repères de consommation en fonction de chacun (plus d'informations sur www.mangerbouger.fr).