Retrouvez votre ville sur les réseaux sociaux :

  • facebook
  • youtube

Accédez aux publications municipales :

accedez aux publications

Consultez l'agenda de la ville :

accédez à l'agenda

Les énergies renouvelables

La gestion des flux énergétiques est une priorité au quotidien pour la municipalité qui souhaite ainsi préserver les ressources naturelles et améliorer le confort des habitants.
Saint-Médard-en-Jalles est l'une des rares villes à posséder 7 types de systèmes d'énergies renouvelables :

  • 2800 m² de panneaux photovoltaïques ;
  • 2 chaufferies bois ;
  • 1 système de géothermie sur nappes ;
  • 1 pompe à chaleur thermodynamique ;
  •  8 chauffe-eaux solaires ;
  • 3 cuves de récupération d'eau ;
  • des pompes à chaleur air/air.

Saint-Médard-en-Jalles réduit ses consommations d'énergie par :

  • l'amélioration thermique de son patrimoine bâti ;
  • l'amélioration technique des systèmes de chauffage et climatisation.

« Nous avons réalisé un audit énergétique de nos bâtiments en 2010 permettant ainsi de connaître l’état des bâtiments municipaux.
S’en suit chaque année une programmation des travaux de rénovation énergétique.

Chaque fois que nous refaisons une toiture ou que nous remplaçons les huisseries, nous étudions la meilleure solution à mettre en œuvre respectant à minima les obligations thermiques règlementaires.

Quant à la rénovation de nos installations de chauffage ou d’électricité, nous nous employons à toujours comparer une solution traditionnelle avec une solution innovante ou à énergie renouvelable afin de choisir la solution plus performante et en même temps la plus économique »

Claire Fontorbe
responsable fluides et énergies

Le saviez-vous ?

Le 4 avril 2012, Saint-Médard-en-Jalles était récompensée par le prix des Énergies citoyennes qui distingue les collectivités menant une politique énergétique exemplaire.

La chaufferie bois : quelle énergie !

À l’image des deux chaufferies bois installées au Carré des Jalles et à l'espace aquatique (2 bâtiments très consommateurs d’énergie),  la ville a profité des performances de la chaufferie pour créer un réseau de chaleur qui alimente aussi le centre socio culturel Georges Brassens et huit logements en accession sociale à la propriété.

2 800 m² de panneaux photovoltaïques

2 800 m2 de panneaux photovoltaïques recouvrent les toits de différentes structure municipales :

  • la salle des sports de Magudas ;
  • l’école primaire d’Hastignan ;
  • le groupe scolaire de Corbiac ;
  • la halle roller ;
  • Cap Ouest.

Ces actions ont été soutenues financièrement par la Ville, elle-même et ses partenaires : l’Europe (Feder), l’Ademe, le conseil régional d’Aquitaine et le conseil général de la Gironde.

Les panneaux 100 % français et le silicium contenu dans les capteurs traité dans la Creuse, permettent une solution plus respectueuse de l’environnement, avec un
bilan carbone irréprochable.

Avec ce matériel, construit par une société française (dans la banlieue d’Agen), la Ville produit son électricité qu’elle revend à ERDF pour un tarif avantageux qui permet de dégager environ 100 000 € par an.

Le soleil : sources d'énergie plurielles

Saint-Médard-en-Jalles possède également 8 installations solaires thermiques qui produisent de l’eau chaude pour les sanitaires et une pompe à chaleur thermodynamique qui chauffe l’air ambiant et l’eau de la plaine des sports des Biges grâce à 80 m2 de capteurs solaires installés sur le toit.

Des pompes à chaleur

Des pompes à chaleur air/air jouent le rôle de climatiseur dans plusieurs batiments de la ville :

  • l’Hôtel-de-Ville ;
  • dans une partie du Carré des Jalles ;
  • au centre Pierre Mendès France ;
  • dans l’Îlot 7.

Ce système prélève l’énergie dans l’air extérieur et la restitue sous forme d’air chaud ou froid à l’intérieur du bâtiment.

La géothermie : une source d’avenir

Le nouvel équipement municipal Cap Ouest, est chauffé et climatisé grâce à une pompe à chaleur géothermique.
Son combustible ? Une nappe phréatique bourrée de calories...

15° toute l’année
Le principe de la pompe à chaleur géothermique est simple : un forage de prélèvement puise l’eau dans la nappe phréatique. Ce liquide, dont la température de 15° reste stable toute l’année, passe dans un échangeur qui en récupère les calories (pour chauffer en hiver) et les frigories (pour refroidir en été). Enfin, après avoir été exploitée, l’eau
rejoint la nappe, qui n’est pas affectée par ce traitement.

Et demain ?
Toutes les précautions ont été prises.
La mairie a commandé des études techniques poussées avant d’opter pour ce système dont la faisabilité a été dûment validée. La police de l’eau a par ailleurs donné son accord. Ce chantier a été lancé début septembre 2011.
La géothermie pourrait avoir de l’avenir à Saint-Médard-en-Jalles, qui pourrait envisager, après cette installation test très concluante, une extension à d’autres quartiers.

Le saviez-vous ?
  • 61 000 kWh - c’est ce que la ville économise en un an grâce à la pompe à chaleur géothermique, soit 4 100 € TTC (par comparaison avec un système de chaudière à gaz couplé à un groupe froid pour climatiser en été).
  • Le site de Cap Ouest est labellisé BBC bâtiment basse consommation – mais sera en réalité Bépos - bâtiment énergie positive -, autrement dit une construction qui produit plus d’énergie (électricité, chaleur...) qu’elle n’en consomme.

L'eau de pluie exploitée

La commune récupère l'eau de pluie dans trois énormes cuves au centre de loisirs La grange à Léo, à la salle des sports de Magudas et à l’espace aquatique.
Elles permettent d’alimenter les sanitaires de ces bâtiments.

De plus, la ville est équipée de cinq forages qui assurent l’arrosage des espaces verts de la ville (plaine des sports, stades, cimetière de Piquès...).

Un éclairage public contrôlé

En septembre 2013, Saint-Médard-en-Jalles a lancé, pour les 5 années à venir, un vaste programme de rénovation de son éclairage public. Ce plan a d’ailleurs débuté et, à la mi-décembre, la ville avait remplacé 362 luminaires sur les 2 652 prévus.

Les anciens ballons fluorescents qui abritent des lampes à mercure haute pression, sont remplacés par des luminaires à diodes électroluminescentes.
Les LEDS éclairent mieux, consomment nettement moins et ont une durée de vie plus longue.